89 véhicules contenant du ciment gris en provenance d’Angola bloqués à Lufu

Quatre-vingt-neuf camions remorques contenant des sacs de ciment gris en provenance de Luanda en Angola sont bloqués depuis environ une semaine au poste frontière de Lufu, situé dans le territoire de Songololo à 60 kilomètres de Matadi (Kongo-Central).

L’information a été livrée dimanche 17 juillet par le vice-président provincial de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), Michel Samba.

Ces véhicules sont bloqués suite à l’arrêté du ministre de l’Economie sur la suspension de l’importation du ciment gris pour trois mois. Les barres de fer à béton et du sucre sont aussi concernés par cette mesure.

Le ministre de l’Economie justifie cette décision, prise au début du mois de juillet, par la nécessité de lutter contre l’importation frauduleuse de ces trois produits, qui constitue, selon lui, une menace « sérieuse » sur l’industrie nationale.

Michel Samba note que ces sacs de ciment ont été achetés avant la mesure du gouvernement.

La plupart de ces véhicules sont en ordre vis-à-vis du trésor public, ajoute le vice-président provincial de la FEC. Il dit ne pas comprendre pourquoi ces camions ne sont toujours pas autorisés à quitter les installations de Pacific Trading au marché de Lufu.

Michel Samba demande ainsi un moratoire de la mesure prise par le gouvernement central par rapport à l’importation du ciment gris :

«Il faut un moratoire. C’est bien cette mesure d’encourager les industries locales, mais il faut des mesures d’encadrement. Ces véhicules ont été surpris par cette mesure. Ils sont là, et parmi ces 89 environs, il y a 78 qui sont ont déjà des déclarations, donc qui sont prêts à quitter les installations et ces véhicules ne peuvent pas quitter les installations.»

Selon lui, le trésor public a déjà encaissé son dû et c’est «anormal que  l’opérateur économique soit frappé par cette mesure».

L’arrêté du ministre sur la suspension du ciment gris stipule que les importations en cours dument documentées peuvent bénéficier d’une dérogation ; à condition qu’elles soient bien signalées au ministère de l’Economie et au secrétariat général de l’Economie pour la partie Ouest du pays et à la division provinciale pour l’Est et le Sud, précise Michel Samba.

Avec Radio Okapi

Commenter

Cliquez-ici pour commenter