Hausse sensible du prix du ciment gris à Kinshasa

La décision du gouvernement d'interdire notamment l'importation du ciment gris en République démocratique du Congo a occasionnée une hausse  de 50% du  prix dans le marché.

Le gouvernement a décidé au cours du Conseil des ministres du 7 juillet, de  suspendre pour trois mois, l’importation du ciment gris, de barres de fer à béton et de sucre.

L’arrêté du ministre sur la suspension du ciment gris stipule toutefois que les importations en cours dument documentées peuvent bénéficier d’une dérogation ; à condition qu’elles soient bien signalées au ministère de l’Economie et au secrétariat général de l’Economie pour la partie Ouest du pays et à la division provinciale pour l’Est et le Sud.

Le prix du sac de ciment de 50 kg a augmenté de 50% à Kinshasa, passant de 10 000 à 15 000 francs congolais (10 à 15 dollars américains). Cette hausse intervention quelques jours après la décision du gouvernement, suspendant l’importation du ciment gris.

Les personnes qui construisent des bâtiments se plaignent de cette hausse qui a occasionné une augmenté des prix des briques, blocs et claustras.
« Le bloc de 15 de couleur rouge que l’on vendait à 700 FC se vend à 1200. Les claustras sont passés de 1000 à 1200 francs congolais », témoigne un vendeur des briques.

En outre, quatre-vingt-neuf camions remorques contenant des sacs de ciment gris en provenance de Luanda en Angola sont bloqués depuis environ une semaine au poste frontière de Lufu, situé dans le territoire de Songololo à 60 kilomètres de Matadi (Kongo-Central).

L’information a été livrée dimanche 17 juillet par le vice-président provincial de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), Michel Samba.

Ces véhicules sont bloqués suite à l’arrêté du ministre de l’Economie sur la suspension de l’importation du ciment gris pour trois mois. Les barres de fer à béton et du sucre sont aussi concernés par cette mesure.

 

Commenter

Cliquez-ici pour commenter