Stations services au ralenti: où est passé le carburant ?

Une probable hausse du carburant est annoncée par le Gouvernement ce jeudi 17 février. Le Franc Congolais serait la raison de cette montée du prix du litre d'essence à la pompe. Les conséquences risquent d'être dramatique pour l'économie congolaise.

Depuis plusieurs jours, les stations services tournent au ralenti. En cause, une probable hausse du carburant annoncée par le Gouvernement le 16 février.  Le Franc Congolais serait la raison de cette montée du prix du litre d’essence à la pompe. Les conséquences risquent d’être dramatique pour l’économie congolaise.

« Beaucoup de paramètres qui dictent la fixation des prix ont changé », annonce le ministre d’Etat à l’économie nationale. à la sortie de la tripartite entre le Premier ministre, le ministre des finances et lui-même. Le ministre des hydrocarbures en déplacement était absent. Plusieurs facteurs ont été épinglés par M. Bahati notamment le prix moyen frontière, la dépréciation du franc congolais et la baisse de l’activité économique sur l’ensemble du territoire.

La débâcle du Franc congolais s’invite dans le prix du carburant

Actuellement le prix du carburant est de 1.500 FC en moyenne à la pompe. La structure des prix des carburants terrestres est fixée par les arrêtés 45, 46 et 47 du 14 août 2015. Le prix est composé du prix moyen frontière, des frais de distribution, du stock de sécurité et de la fiscalité.

Malgré une production pétrolière estimée à 20.000 barils/jours en 2016, le carburant terrestre demeure un produit d’importation. Il est donc par essence sensible aux fluctuations du taux de change. En d’autres termes, même à prix constant du carburant, l’importateur  devra débourser plus de Francs congolais pour acheter les dollars qui lui permettront d’acquérir le produit pétrolier.  Ces derniers mois,  les interventions du Gouvernement et ceux de la Banque centrale du Congo n’ont pas  suffi pour endiguer l’hémorragie.

Un réajustement douloureux en perspective

Après discussion avec les différents opérateurs, une hausse des prix devraient normalement intervenir dans les prochaines semaines. La variation du taux de change devrait se répercuter sur le prix à la pompe. La dernière augmentation remonte au 22 août de l’année passée, le prix du carburant avait augmenté de 50 FC (essence) à 70 FC (gasoil). A l’époque, le Franc Congolais était passé de 935 FC à 1000 FC pour 1 dollar américain soit variation de 6.95%. En l’espèce et selon les chiffres avancés par le Ministre de l’économie nationale, il s’agirait d’une variation de 22,89% soit une augmentation de près de 200 FC.

Des mesures gouvernementales arrivent

Un cycle de rencontres entre le groupement des sociétés des pétroliers privés (GSPP) et les délégués du ministère de l’économie et des hydrocarbures est déjà à l’ordre du jour. Il s’agit de plancher sur deux éléments: d’une part, la fixation d’un prix supportable pour le pouvoir d’achat fortement dégradé des Congolais; d’autre part, des mesures d’accompagnement pour amoindrir le choc.

Dans un climat politique délétère, le Gouvernement a le devoir de trouver rapidement la réponse adéquate pour éviter la grogne sociale.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter