Avis de grève générale illimitée en RDC: un nouveau coup dur pour l’économie congolaise

L'Intersyndicale nationale du Congo et la Dynamique des regroupements socio-professionnels ont déposé un préavis de grève générale illimitée. Dans un climat politique délétère, cette grève plomberait une économie congolaise déjà morose.

L’Intersyndicale nationale du Congo et la Dynamique des regroupements socio-professionnels ont déposé un préavis de grève générale illimitée sur la table du Premier Ministre Badibanga. Ces deux organisations protestent contre des conditions de travail déplorables en RDC. Dans un climat politique délétère, cette grève plomberait une économie congolaise déjà morose.

Prévue pour le 5 avril, la grève générale risque de paralyser le pays. En cause, le salaire minimum interprofessionnel bloqué à 3 dollars depuis 2008. La dépréciation du Franc congolais face au dollar n’a pas augmenté le pouvoir d’achat puisque les fonctionnaires sont payés en Franc Congolais et au taux Banque centrale du Congo. En outre, l’inflation a raboté encore plus ce pouvoir d’achat.

Si cette action syndicaliste apparaît spectaculaire, il faut rappeler que depuis le début de l’année 2017 le pays connait une vague de grèves. En effet, le 18 janvier les enseignants des écoles primaires et secondaires d’Isiro dans le Haut-Uele suspendaient les cours; le 2 février, les médecins de l’Hôpital général de référence de Kinshasa (ex- Maman Yemo) entraient en grève; le 8 février, les bouchers de Beni et Lubero protestaient contre une décision du gouvernement provincial; au Sud-Ubangi, ce sont des infirmiers qui dénonçaient le non paiement de leurs primes de risque; le 3 mars, les agents de la Société commerciale des transports et des ports (SCTP) faisaient un sit-in pour demander le paiement de quatre mois d’arriérés de salaire,…

En décembre 2016, la 4ème édition du Rapport de suivi de la situation économique et financière de la RDC, établi par la Banque Mondiale, avertissait déjà que « cet environnement de ralentissement de la croissance économique et d’augmentation de l’inflation est souvent propice pour les tensions sociales ». Il faut dès lors que le gouvernement prenne toutes les meures nécessaires pour négocier avec les deux organisations syndicales afin de trouver un terrain d’entente.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter