4% de la production mondiale de cobalt menacée par un conflit entre la Gecamines et le Groupe Forrest International

Depuis le 23 mars 2017, la société GTL n'a plus accès au site minier dont elle exploite les scories. Cet accès est bloqué par la Gecamines et fait l'objet d'une plainte déposée au près du Tribunal de commerce de Bruxelles.

Au début rien que du bonheur, du cobalt et du cuivre,…

Tout commence en 1997 quand le Groupe Forrest International décide de créer le Groupement du Terril de Lubumbashi (GTL), société enregistrée à Jersey. C’est un partenariat entre la Gécamines, détentrice de 30% du capital, et le Groupe Forrest International, actionnaire de référence avec 70% des parts. GTL achète les résidus de l’exploitation du terril de Lubumbashi. Ces scories ont une forte teneur en différents minerais ce qui permet la production en moyenne de 5.500 tonnes de cobalt et 3.500 tonnes de cuivre par an. Si GTL achète, c’est STL (Société pour le Traitement du Terril de Lubumbashi) qui transforme: en effet, STL  est une autre société toujours détenue par le Groupe Forrest International (80%) et la Gecamines (20%). Selon Bloomberg, la Gecamines a reçu de GTL près de 65 millions de dollars USD l’année dernière grâce à l’achat des scories et hors dividendes.

Pourquoi la Gecamines bloque l’accès de GTL au terril ?

Selon le CEO de Forrest dans un interview accordé le 15 avril à Bloomberg, la Gecamines prétend que GTL ne respecte pas les termes du contrat. Ce dernier prévoit que la production annuelle de cobalt de la GTL peut aller jusqu’à 5.000 tonnes soit 75.000 tonnes sur 15 ans comme indiqué dans le contrat en date de 1997. Une révision du contrat en janvier 2013 permet l’exploitation des scories jusqu’à épuisement du site.

En décembre 2016, la Gecamines affirme que la GTL aurait atteint 82.000 tonnes de production contre les 75.000 autorisés par le contrat originel. Le Groupe Forrest International conteste ces conclusions par la voie de son CEO interviewé par Bloomberg le 15 avril: « Cela n’est pas vrai. La Gecamines n’a pu nous en fournir la preuve malgré nos demandes ». Clause de juridiction oblige, les deux parties discuteront de leurs prétentions respectives devant le tribunal de commerce de Bruxelles.

Quelles sont les conséquences de ce conflit minier ?

350 employés seront au chômage si l’usine ferme. Cela arrivera si GTL n’accède pas au site endéans les deux mois. En effet, les stocks existant n’excéderont pas cette période. Il y aura aussi un manque à gagner certain au niveau de l’Etat congolais aussi bien pour les revenus liés à l’achat des matières premières que ceux générés par les 30% du capital. Enfin, une société fermée ne paye pas d’impôt.

Depuis 2015, Glencore, premier producteur de cobalt dans le monde, achète la production de GTL-STL soit 4% des 28.300 tonnes produites l’an dernier. Le cobalt entre notamment dans la fabrication des batteries ion-lithium nécessaires aux différents appareils électroniques du quotidien (smartphones, tablettes,…) et la demande a quasiment doublé. C’est un manque à gagner certain pour le géant minier et une inquiétude en plus pour les fabricants de produits électroniques.

 

1 Commentaire

Cliquez-ici pour commenter

  • Il existe des responsabilités qui touchent la vie des milliers de gens; il faut donc du sérieux et du professionnalisme dans le chef des individus détenteurs de mandats publics.