En RDC, Glencore sur une mauvaise pente

Les actions de Glencore ont chuté de 4,4% la semaine dernière, ce qui équivaut à une perte de valeur implicite de 3,6 milliards de dollars par rapport à la capitalisation boursière du groupe de 77 milliards de dollars le 17 mai, renseigne JP Morgan Cazenove.

La chute a suivi la publication d’un rapport de Bloomberg le 18 mai affirmant que les  le UK Serious Fraud Office (SFO) est à un stade préliminaire d’enquête sur les liens de Glencore en République démocratique du Congo avec l’homme d’affaires israélien Dan Gertler.

Gertler et Glencore sont actuellement en conflit juridique avec deux des filiales de Glencore en RDC – Mutanda Mining et Kamoto Copper – et Gertler réclame à Glencore un montant total de 2,9 milliards de dollars qui conteste les prétentions de Gertlter et s’y oppose.

Cela s’ajoute à d’autres différends, notamment le nouveau code minier qui taxe les impôts et fait partie d’une affaire avec Gecamines, un minier étatique congolais, qui tente de dissoudre une unité locale d’exploitation, en disant que Glencore l’a surchargé de dettes. L’unité de Glencore dit que la situation de la dette est solvable et la dissolution de l’entreprise est prématurée.

Selon une note de recherche publiée vendredi soir par JP Morgan Cazenove, la baisse de la capitalisation boursière de Glencore qui s’est déjà produite “… pourrait excéder toute responsabilité éventuelle, le cas échéant.”

“En outre, si une enquête SFO conclut en fin de compte que Glencore n’a pas enfreint la loi, nous pensons que cela pourrait être cathartique pour le dossier d’investissement de Glencore et pourrait supprimer un avantage de longue date lié aux risques de Glencore en RDC. Nous réitérons notre recommandation de surpondération », a déclaré Dominic O’Kane, analyste chez JP Morgan.

Les défis juridiques, explique par ailleurs Bloomberg,  ont jeté une ombre sur Glencore et mis en évidence les risques de faire des affaires en RDC. “Au cours des 10 dernières années, alors que d’autres grands concurrents tels que Rio Tinto Group et BHP Billiton Ltd. se sont détournés des riches ressources du Congo, énervés par la difficulté d’opérer dans le pays, le chef de Glencore, Ivan Glasenberg, a lourdement investi“, fait-on remarquer.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter