Le Groupe Léopards

lundi, février 17, 2020

    Deo Kasongo, de la com’ aux médias

    Le Fondateur de l'agence de communication Divo, Deo Kasongo estime qu'il faut créer le modèle économique de la presse au Congo et s’adapter », laquelle doit « s’adapter ou…mourir ».

    - Publicité-

    Entrepreneur à succès, Déo Kasongo, connu « Divo », se lance dans les médias. Avec sa nouvelle radio FM et télévision, il part en quête d’un modèle économique pour un secteur congolais en souffrant. L’homme d’affaires s’est longuement confié à TOP CONGO FM. Pour lui, « avec la grosse concurrence des medias étrangers, ce sont les réseaux sociaux qui sont beaucoup plus percutants. Car tout le monde veut être plus que sur une radio ou une télévision », a-t-il dit.

    Le patron de Divo, radio Buzz et de la chaîne de télévision D9, explique: «La presse (radio et télévision) crée un modèle économique, s’adapte et valorise ce qu’elle vend (l’opportunité d’être entendu, l’opportunité d’être vu ou lu). Et si un média prend conscience du rôle important qu’elle joue dans le milieu des médias et de l’influence que vous avez auprès du public, si vous n’arrivez pas à [capitaliser] la valeur marchande que vous représentez aujourd’hui, vous allez continuer à être sous-payé», a-t-il soutenu.

    De lors, ce qui va arriver, c’est que « l’on va continuer à payer les médias étrangers très cher (personne ne discute quand il faut payer ces médias là) alors que la facture des médias locaux sera négociée parce que vous êtes perçu comme média congolais [avec qui ] il faut discuter le prix et donc le dévaloriser », a-t-il indiqué.

    Déo Kasongo demande aux medias en ce début d’année 2020, de prendre conscience, et avec la concurrence des réseaux sociaux et des médias en ligne, de mettre du sérieux dans leur contenu et organisation en mettant en place des grilles tarifaires, par exemple.

    Face à leur impact sur le public, Deo Kasongo qui estime que certains médias ont réussi à « imposer des marques, des politiques, (à faire en sorte d’éviter des crises) », doivent « fixer cette valeur, c’est comme ca qu’on va vous respecter et qu’on va respecter les médias », a-t-il indiqué.

    Le fondateur de l’agence de communication DIVO, Deo Kasongo invite par ailleurs la presse congolaise à plus de maîtrise de l’écosystème médiatique et à prendre au sérieux son rôle de 4ème pouvoir.

    « Il est temps que les médias congolais prennent la mesure de leur valeur afin de rentabiliser économiquement davantage, la forte audience qu’ils peuvent générer. C’est ainsi qu’ils pourront survivre à l’absence des subventions publiques », estime le patron de Divo, radio Buzz et de la chaîne de télévision D9.

    Pour Deo Kasongo, « la presse n’est pas assez valorisée dans ce pays [RDC]. Et c’est à notre plus grand regret de constater, tous les jours, que plutôt que d’avancer, elle ne se professionnalise pas aussi vite qu’elle ne le devrait et n’a pas les ressources qu’elle [aurait dû] avoir ».

    Thierry Mfundu

    - Publicité -

    Leave A Reply

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    EN CONTINU

    à la une